Attique

 

Que le corps était beau au beau temps de l'Attique,
Le geste harmonieux aux marbres de Myron
Quand les Korés ornaient le front du Parthénon
Et que de beaux lauriers paraient les fronts antiques !

Le monde était alors si jeune et plein de force,
Et la vertu posée sur un haut piédestal,
On la statufiait en marbre et en métal,
La beauté demeurait l'égale de la force...

Et maintenant, hélas ! dans ce monde si vieux,
On ne révère plus le beau, l'harmonieux..
La force est devenue l'attribut de la brute.

Là haut dans le ciel bleu il n'y a plus de Parnasse,
Le Faune a disparu qui jouait de la flûte,
Les Dieux nous ont laissé dans le Vide et l'Espace.

 

 

Copyright Alain Gurly - 2005